• J'ai demandé à la vie....


    votre commentaire
  • Ma vie : On n'est que de passage sur la terre qu'on nous a prêté et on en a fait une grosse poubelle à ciel ouvert, on a sali notre terre, on a sali nos mers et océans, on a sali la lune, que reste t'il à salir en sachant qu'on est juste un matricule sur la terre et que dès notre naissance notre heure de départ est programmée. Ma vie se résume à tu es présente pour l'instant, profites de se qui est encore profitable, ne perd pas ton temps à parler sur le dos des gens car tu perd beaucoup de secondes, vis simplement ta vie ma chère Carole car tu n'en a qu'une et qu'elle est importante. Une fois disparue les gens t'oublieront et tu n'en aura plus rien à faire car tu ne seras plus la pour le voir. Moralité : Je profite du peu d'air encore pur et des belles choses que la nature m'offre.

    La vie

     

     


    votre commentaire
  •  

    Il était grand, il avait les yeux couleur océan.

    Entre nous il y avait une grande complicité.

    Ensemble on a rit, on a pleuré.

     

    Je garde tant de bon souvenirs de toi et j'essaye d'oublier les mauvais.

    Tu as fermé les yeux  à tout jamais 9 juin 1984 .

     

    Je n'avais jamais autant pleurée du haut de mes 15 ans.

    Je me suis sentie trahie et abandonnée par le premier homme qui m'as aimé.

    Tu resteras le premier homme de ma vie.

     

    Mais à mes yeux tu n'es pas mort, non tu dors. Et le jour ou à mon tour je

    laisserais les gens que j'ai tant aimé, je viendrais enfin te réveiller, enfin te retrouver.

    J'attend ce moment  depuis tant d'années.

     

    Chaque jour je pense à toi, souvent je parle de toi, tu me manque tant,

    dans ma vie tu es tellement  présent.

     

    Non papa tu n'es pas mort, tu dors.

    Beaucoup t'on oublié pour eux tu es mort, mais non,

    tu dors......

     

    Ta fille Carole.

     

    Je t'aime.

    A mon père

    A mon père

     


    1 commentaire
  • Au gré de mes balades, je me suis assise près d'une petite rivière,

    je regardais l'eau couler doucement comme coulait les larmes sur mes joues.

    La rivière se mit à me chuchoter : ( pourquoi as tu de la peine ? )

    Je répondis sur mon passé et mon présent que tu ignores.

    Je voudrais fuir cette réalité mais mon destin en a décidé autrement.

    Et toi, pourquoi chuchotes tu ?

    A son tour elle me répondit : ( Je fuis sur mon passé depuis des éternités et

    je n'avais jamais prit le temps de m'arrêter, c'est ton reflet qui m'as interpellé.)

    Mais tu n'es qu'une rivière, pourquoi fuis tu ?

    Elle me répondit : ( Avant j'étais grande, si grande qu'on me voyais à l'infini, dans

    mon océan bleu.

    Au fil du temps, je suis devenue cette petite rivière qui fuit pour ne pas m' assécher et mourir.

    J'ai décidée de me battre et même petite j'ai appris à être plus forte.

    A présent je dois te laisser et continuer mon chemin.

    Je me suis levée et j'ai regardée une dernière fois cette rivière.

    J'ai essuyée mes larmes en cherchant une moralité mais

    je n'en ai pas trouvée....

    La rivière

    La rivière

     

     


    6 commentaires
  • Mais quel est ce monde étrange ? Qui est cet homme qui me serre dans ses bras en me souriant ? Je ne connais pas cet étranger qui me parle et me sourit et qui sourit à la vie. C’est étrange cette sensation de se sentir embrasser.... Mais qui est t’il ? Pourquoi me met t’il dans ce lit de verre ? Tout est blanc autour de moi, je ne vois pratiquement pas, j’aperçois. Mais quel est ce monde étrange ? Il me parle encore, il est heureux. Il me dit que je suis belle, qu’il sera toujours la pour me protéger, pour m’aimer, pour soigner mes blessures au coeur. Mais quel est ce monde étrange ?
    Pendant presque 16 ans j’ai appris à découvrir ce monde étrange qui était si merveilleux. Tu as été la pour mes joies et soigné mes peines par tes paroles, par tes sourires, tes grimaces. Tu as à partir de mes 6 ans été autant mère et père à la fois car maman était partie rejoindre les étoiles. Tu as été un homme bon et courageux durant toute ta vie. Tu méritais mieux. Tu étais si merveilleux. Et dans la nuit du 9 juin 1984 la grande faucheuse est venue et tu es parti.....
    Je ne me remettrais jamais de ta disparition toi un homme si courageux d’avoir élévé seul 5 enfants et moi j’étais la benjamine, la petite gamine qui a du apprendre la vie seule en marchand sur tes pas fantômes .........
    Mais quel est ce monde étrange ou tu es parti ? Je te pleures encore au jour d’hui toi l’homme de ma vie, toi qui m’as presque tout apprit.
    Quand je viendrais te rejoindre dans ton monde étrange à nouveau je revivrais une belle aventure comme celle que tu m’as faite découvrir dans le premier monde. On sera heureux.

    Je t’aime papa....

    A mon père disparu le 9 juin 1984

    Mon père et ma mère à qui je dois la vie......

    A mon père disparu le 9 juin 1984

     


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique