• A mon père

     

    Il était grand, il avait les yeux couleur océan.

    Entre nous il y avait une grande complicité.

    Ensemble on a rit, on a pleuré.

     

    Je garde tant de bon souvenirs de toi et j'essaye d'oublier les mauvais.

    Tu as fermé les yeux  à tout jamais 9 juin 1984 .

     

    Je n'avais jamais autant pleurée du haut de mes 15 ans.

    Je me suis sentie trahie et abandonnée par le premier homme qui m'as aimé.

    Tu resteras le premier homme de ma vie.

     

    Mais à mes yeux tu n'es pas mort, non tu dors. Et le jour ou à mon tour je

    laisserais les gens que j'ai tant aimé, je viendrais enfin te réveiller, enfin te retrouver.

    J'attend ce moment  depuis tant d'années.

     

    Chaque jour je pense à toi, souvent je parle de toi, tu me manque tant,

    dans ma vie tu es tellement  présent.

     

    Non papa tu n'es pas mort, tu dors.

    Beaucoup t'on oublié pour eux tu es mort, mais non,

    tu dors......

     

    Ta fille Carole.

     

    Je t'aime.

    A mon père

    A mon père

     


  • Commentaires

    1
    Vendredi 15 Juin à 15:47

    bonjour Carole

    C'est beau se que tu écris  pour ton papa

    tu etais jeune, moi j'avais 23 ans mais il est toujours en moi,

    on oublie jamais un papa, comme tu dis il dort  tout simplement, il ne peut en etre autrement

    bonne fin de journée et bon weekend

    amitiés

    bisous

    Lysandra

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :